Limoges / Augustoritum capitale des Lémovices

Augustoritum du 1er au 4éme siècle

Limoges Augustoritum

Augustoritum est le nom latin de la capitale des Lémovices, qui devint plus tard Limoges.

Augustoritum est le nom gallo-romain de Limoges, la ville a été fondée vers l’an zéro, le nom associe celui du très célèbre empereur Auguste à Ritum, mot celte désignant le gué qui traverse la Vienne en aval de Limoges. Augustoritum est a cette époque l’une des plus importantes villes d’aquitaine, elle fut lentement délaissée, voir même oubliée jusqu’au Moyen Age. Il est par ailleurs surprenant d’apprendre que l’hôtel de ville de Limoges, centre du pouvoir politique de la ville, a été élevé plus tard à l’emplacement même de ce qui fût le forum d’Augustoritum.

Au milieu du 2e siècle avant notre ère, les Lémovices occupent un territoire clairement défini dont les contours sont assez proches de ceux du futur diocèse de Limoges. Ils sont entourés de puissants voisins, les Pictons (en Poitou), les Santons (en Saintonge), les Petrocores (en périgord), les Santons (en Saintonge), les Cadurques (en Quercy), les Arvernes (en Auvergne) et les Bituriges Cubi (en Berry).

Bordé d’enceintes de frontières et jalonné de fortifications de contrôle routier, le territoire Lémovice a pour centre névralgique l’oppidum de Villejoubert, un des plus vastes de Gaulle, situé sur la commune actuelle de Saint-Denis-des-Murs.
Indépendant, hiérarchisé, occupant une position stratégique sur le plan commercial (à l’intersection des voies reliant l’Armorique à la Méditerranée et l’estuaire de la Garonne à Bourges) et exploitant de riches gisements aurifères, ce peuple gaulois se rallie très tôt à Vercingétorix lors de la guerre des Gaules et l’armée de secours envoyée à Alésia inclus un contingent de des mille Lémovices sous les ordres de Sedullos.

Saintes : première capitale de l’Aquitaine

La mort de milliers d’hommes Jeunes et de leur chef de guerre, tué lors de l’assaut final, favorise l’émergence d’une nouvelle élite, favorable à l’ordre politique romain et à sa prodigalité. La conquête de la Gaule par César entraîne la marginalisation de l’oppidum de Villejoubert. Les intérêts commerciaux, stratégiques et administratifs de Rome, matérialisés par la voie d’Agrippa reliant Lyon, capitale des trois Gaules, à Saintes, première capitale de l’Aquitaine, créée par Auguste en 16 avant notre ère est divisée en 21 cités, décale d’une vingtaine de kilomètres vers l’ouest la métropole de la cité des Lémovices.

Le site, bien qu’humanisé depuis le néolithique et partiellement occupé par intervalle jusqu’à l’âge de bronze, ne semble pas avoir connu d’urbanisation gauloise, contrairement à ce que voudrait la légende. La nouvelle métropole, Augustoritum est fondée, à l’orée de la dernière décennie avant l’ère chrétienne, sur la rive droite de la Vienne, sur un large replat exposé au sud-est et dont les aplombs rocheux dominent des berges aisément guéables. Le gué en question n’est pas le passage protohistorique inadapté de la Roche au Gô mais un nouveau gué aménagé en amont de Limoges.

Limoges / Le pont Saint Martial

Le flux du commerce sur la voie de Poitiers à Cahors nécessitant un franchissement sur un pont de pierre monumental est très vite construit sur l’emplacement du pont Saint Martial. Les fondateurs d’Augustoritum dote la cité d’un plan régulateur orthogonal, dont l’accès principale Nord-Sud, le cardo maximus, relis le gué sur la Vienne à ceux qui est depuis le Moyen-âge la rue de la Boucherie, tandis que l’axe principal est ouest, le decumanus maximus, joint les actuelles rue Ferdinand-Buisson et des Charseix (Limoges). A la fin du règne d’Auguste, soit en 14 de notre ère, le quadrillage de Limoges est déjà fort de huit cardines dans son extension maximale, la ville contera 11 cardines et probablement 13 decumanis. Les rues principales, d’une largeur entre façades de 20 à 23 mètres 50, et les rues secondaires larges de 16 mètres, délimitent plus de 110 insulaé ( îlots de maison comprenant parfois des venelles interne), donc une soixantaine, représentant une surface de près de 65 hectares, occupé sous le règne de Tibère (14-37).

Limoges / La maison des nones de Mars

La division parcellaire varie d’une insulae à à l’autre, mais reste relativement stable, les reconstructions d’habitats s’inscrivent en général dans les mêmes limites. De grandes parcelles ont été réservées dès l’origine pour l’édification des vastes demeures des notables, qui peuvent occuper pas moins de 3000 mètres carrés. La maison des nones de mars, somptueuse demeure comparable aux résidences patriciennes, datant des années 30 à 45, couve une surface au sol, hors trottoirs sous portiques, de 3734 mètres carrés. Le premier réseau carrossable et constitué d’une chaussée revêtu d’un ballast de blocaille de galets, de bas-côtés dérasés situés de part et d’autre de la couche de roulement est utilisés par les cavaliers, de fossés de drainage et sans doute de trottoir remblayés de régalés.

A partir du règne de Claude 41-54, la voirie évolue: Le galétage étendu aux bas-côtés, les fossés primitifs cèdent la place à des caniveaux maçonnée, couverts aux carrefours, et les trottoirs, larges de 3 à 4 mètres et au revêtement de sable argileux damé, éventuellement recouvert de calcaire pilés, se voient surmontés de portiques, dont les piliers reposent sur le stylobate, un soubassement en maçonnerie qui ceinturent les insulae. Les établissements publics ne font pas défaut aux habitants d’ Augustoritum, grande capitale prospère parfois encline à la démesure. Le forum, à savoir la place publique bordée de boutiques chère au monde romain, qui longe le cardo maximus sur trois insulae ce qui représente une surface d’environ 2 hectare et demi n’est à l’époque augustéenne qu’une vaste prairie aplanie.

Limoges / Place des Jacobins

Il faut attendre la fin du premier siècle pour voir s’édifier sur le site un forum tripartite, qui subit diverses modifications au cours des 2e et 3e siècle. Des différents établissements de bains, le plus important, probablement construit entre 70 et 90, jouxte le flanc du forum. ces thermes luxueux, dits de la place des Jacobins à Limoges depuis leur découverte lors d’investigation archéologique mener dans les années 1960, occupent la totalité d’une insulae de 73 mètres sur 85. ces thermes luxueux, dits de la place des Jacobins depuis leur découverte lors d’investigation archéologique mener dans les années 1960, occupent la totalité d’une insulae de 73 mètres sur 85. Clos par un mur d’enceinte, les 6 mille mètres carrés de surface utile, qui s’étendent aussi sous la place Franklin-Roosevelt à Limoges, se divisent en trois parties: un avant corps de huit salles, un corps principal doté en son centre de salles chaudes et une palestre, ou espace réservé aux exercices physiques, dallée de briquettes.

Publié dans Histoire